La colère devant la garde présidentielle après les 51 victimes tombées sous les tirs des militaires.